Graphique du mois

L’écart entre les échéances courtes et longues des obligations d’états permet de déterminer le degré de pentification de la courbe des taux. Si l’écart est important ou augmente, on dit que la courbe est pentue ou qu’elle se « pentifie ». Si cet écart diminue, on dit que la courbe s’aplatit.

La courbe des taux (10 ans -2 ans) sur les obligations souveraines est scrutée attentivement, surtout aux USA. Dans le passé, elle a souvent précédé les récessions et les marchés baissiers. Aujourd’hui, la différence entre le taux long 10 ans et le taux court 2 ans n’est plus que de 0.26% aux USA.

Au sein de nombreuses études, le niveau à surveiller comme précurseur des marchés baissiers serait l’inversion de la courbe des taux. En effet, celle-ci en s’aplatissant, a de réelles conséquences sur le secteur financier qui est depuis la crise de 2008 en grande partie rémunéré par la différence de taux entre les échéances longues et courtes.