STRATEGIE

Une approche tactique pour bénéficier des opportunités semble plus adaptée aujourd’hui car la volatilité a réapparu et la durée de ce marché haussier est considérable par rapport aux cycles précédents (actuellement 9 ans de hausse par rapport à une moyenne de 6 ans). Si l’approche Buy and Hold a porté ses fruits ces dernières années, une allocation plus opportuniste, sélective et dynamique pourrait s’avérer constructive à l’avenir pour la gestion du patrimoine.

Le marché obligataire a également été confronté à ce nouvel environnement lié au cumul d’incertitudes où les obligations à haut rendement ont sous-performé les obligations de bonnes qualités. Les raisons de la correction sont similaires à celles des actions, plus marquée en Europe à cause des élections italiennes et de l’instabilité de la coalition allemande.  Les obligations valeurs refuges tels que les obligations d’états allemandes et américaines ont été les principaux bénéficiaires malgré la réduction annoncée par les banques centrales des politiques monétaires expansionnistes et leur valorisation peu attractive. L’or, par contre, n’a pas joué son rôle de valeur refuge au cours de ce trimestre.

Les fonds défensifs sont une bonne alternative au cash pour les raisons suivantes :

  • Réduire le risque de concentration bancaire et géographique 
  • Ne pas sous-estimer le risque de liquidité qui existe dans les fonds de grandes tailles proposés aux clients par beaucoup de professionnels
  • Optimiser les risques liés aux marchés qui peuvent se cumuler dans certains fonds (risque de taux, risque de devises,…)

Si en surface tout semble calme et stable, sous la surface la dispersion et la dislocation sont significatives : les marchés développés sont en légère baisse, en revanche les actions émergentes sont franchement dans le rouge. Hors secteur informatique, les actions américaines sont en baisse depuis le début de l’année alors que les européennes et les japonaises ont reculé de plus de 2%. Dans les matières premières, alors que le prix du pétrole a augmenté de 20%, les métaux industriels tels que le cuivre ont reculé de 9% sur la période.

En conséquence, la plupart des stratégies multi-actifs flexibles ont généré des rendements médiocres au cours des six premiers mois de l’année.